Lily-May.fr

Témoignages


Ôde à Lily

À chaque fois
Que je voulais pousser la note
Je n'sais pourquoi
Autour de moi, fallait qu’on sorte !

J'avais beau m'concentrer, m'égosiller
Le spectacle, vraiment, faisait pitié !
De Dalida à Johnny Hallyday
Que de répertoires, j'ai massacré !

Çà doit r'monter à la p'tite enfance
Un trop plein d'émotions, faut qu'çà s’épanche !
Sinon la gorge s’épuise
Et tant pis pour les vocalises !

Alors un matin
Je m'suis prise par la main
Et j'me souviens
C'est un lundi
Que je suis entrée chez Lily

Dans la face, j’ai pris un Soleil
Comme elle, y en a pas deux pareilles !
D'y penser, j'en ai les larmes aux yeux
J'ai juré de faire de mon mieux

À vous balader sur la gamme
Elle finit par trouver votre âme
Avec justesse, avec doigté
Chacun découvre sa vérité

Ma vérité, c'est que j'serai jamais chanteuse
Mais de t’tes façons, j'suis heureuse
Maintenant que je respire, que j'articule
Je suis bien moins ridicule

Un jour, si vous voyez Lily
Rattrapée par la nostalgie
Le cœur lourd comme une enclume
Rempli de souvenirs à plumes

Dites-lui que ce n’est pas un hasard
Si ce drôle d'oiseau de paradis
S’est échappé de l'Alcazar
Pour rendre nos voix plus... jolies !

Remonter

Pour toi Lily

Lorsque tu chantes, tu nous ravis, Lily
Tu es heureuse et ça se voit, Lily
De nous donner tant de bonheur
Nous communiquer ta chaleur
Nous faire oubier nos malheurs

Tu sais toujours trouver les mots, Lily
Les mots qu'il faut, les mots jolis, Lily
T'es la générosité même
Et c'est bien pour ça qu'on t'aime
Et qu'on t'chante ce poème

Tu es une amie qui nous est chère, Lily
Quand tu souris, tu resplendis, Lily
Tu es la joie et le bonheur
L'humilité et la pudeur
Pour le grand bien de nos cœurs

Quand tu es montée à Paris, Lily
Tu n'avais pas encore quinze ans, Lily
À peine arrivée en gare
Malgré ton grand coup de cafard
Tu as oublié le brouillard

Tu as chanté à l'Alcazar, Lily
T'es sacrifiée pour ton métier, Lily
Puis tu as rencontré Guy-Jean
Ton bel amour si séduisant
Et lui a donné deux beaux enfants

Tu aimes la vie et ça se voit, Lily
À ton regard, à ton sourire, Lily
Éprise de fraternité
Tu vas chercher la vérité
Et peut-être un jour la trouver

Nous voulons tous te dire merci, Lily
Merci beaucoup, merci pour tout, Lily
Durant le temps d'une mé;lodie
Chantée par deux ou trois amis
Parmis ceux ici réunis

Remonter

La sage femme du chant

Comment peut-on avoir autant
A donner à tous ces gens
Et avoir fait de si beaux enfants
Qui soient aussi plein de talents

Moi qui n'ouvre pas mes sentiments
Je me suis senti comme un enfant
Un regard qui vous voit dedans
Et qui ne juge que le présent

Un rire à vous couper le vent
Des joies à vous briser le temps
Une voix à vous faire des enfants (de chant)
Comme si elle pénétrait (tout en) dedans

Je ne connais rien à ta vie d'avant
Juste ton mari et tes enfants
Je viens juste ici pour chanter Et je rentre chez moi comme délivré

Que la vie de chant qui t'as porté
De toutes ces années où tu as chanté
Tu m'aides enfin à expulser (à m'accorder)
À être un musicien enfanté (enchanté)

Un rire à vous couper le vent
Des joies à vous briser le temps
Une voix à vous faire des enfants (de chant)
Comme si elle pénétrait (tout en) dedans

Il faut que tu chantes à présent
Car ton refrain c'est maintenant
D'ailleurs ces mots, c'est des mots d'enfant
Pour me garder ce regard bienveillant (me dire)

Chanter c'est respirer dedans
Chanter c'est libérer le vent
Faut surtout te mettre en avant
Pour libérer tout ce que tu as dedans

Un rire à vous couper le vent
Des joies à vous briser le temps
Une voix à vous faire des enfants (de chant)
Comme si elle pénétrait (tout en) dedans

Un visage si rayonnant
Le nez y est insignifiant
Des mains à vous prendre dedans
Comme si vous étiez un enfant (de c&oeilg;ur)

Un rire à vous couper le vent
Des joies à vous briser le temps
Une voix à vous faire des enfants (de chant)
Lily, (tu es) la sage femme du chant

Un rire à vous couper le vent
Des joies à vous briser le temps
Une voix à vous faire des enfants (de chant)

LILY, VA VITE IL Y A DES ACCOU-CHANTS

Remonter

L'Alcazar

Rien ne pourra me faire oublier
Pas même toutes ces années
Mes premiers pas sur cette scène

Mes quinze ans tout juste maquillés
Mon corps blanc à peine habillé
Et dans mes cheveux un diadème

De longues plumes rouges dans le dos
Des paillettes et mes talons hauts
L'allure fière d'une reine

Dès que s'entrouvrait le lourd rideau
Je me disais ces quelques mots
Mon Alcazar je t'aime

Dans le tourbillon d'un arc-en-ciel
Mille couleurs mille étincelles
Comme une star américaine

Je m'écriais « Bonsoir Paris ! »
Devant mon public mes amis
La peur mais le sourire quand même

Avec ma voix je portais très haut
Comme les étoiles d'un chapiteau
Les paroles douces d'une rengaine

Mais dans mon cœur quelques trémolos
Au fond de moi toujours ces mots
Mon Alcazar je t'aime

Au milieu des plus belles filles du monde
Tournoyant comme des colombes
Je dansais sans compter ma peine

Oubliées les dures répétitions
Blessures au cœur et les tensions
Les retours seule en bord de Seine

Les regards complices des spectateurs
Les sourires les bouquets de fleurs
Le vertige des valses de Vienne

Et quand s'abaissait le lourd rideau
Quelques larmes et toujours ces mots
Mon Alcazar je t'aime.

Remonter

Magie Maggio

Ils ont dans le regard
Une attention particulière, un effet miroir
Ils ont dans leur voix
Une tendresse et une exigeance à la fois.
Une qualité d' écoute
Même si, parfois, on la redoute...

Chacun si différent
Comme le Soleil et la Lune
Mais une passion commune
La Musique et les Gens

Leur École ne vous accueille pas
Elle vous ouvre les bras
Pour le chant ou l'acoustique
Rien d'Académique..
Et l'on y trouve, ne vous leurrez pas
Ce que l'on a en soi

C'est la grande force de ces magiciens
Si, Grâce à eux, l'on se souvient
Que nous sommes des Dieux tombés
Qui se souviennent des Cieux.

Si vous franchissez leur porte
Rien ne sera plus comme avant
Chercheurs de chimères, artistes de pacotille
Du vent !
Car ici, c'est en famille
Que l'on cultive le talent
C'est pour cela que l'on vous aime tant
Lily et Guy-Jean

Remonter

Lily

Elle ne vient pas des Somalies, Lily
De Toulon direction Paris, Lily
Elle a fait craquer plus d'un homme,
Toute emplumée, façon « zizi »,
Quand elle montait sur scène, Lily.

Elle a pris des coups dans son cœur, Lily
Les hommes peuvent être aussi méchants, Lily
Un guitariste, beau virtuose
Est tombé sous son charme aussi;
Lui a fait découvrir la vie.

Elle a la pêche d'une jeune femme, Lily
Et elle ne baisse jamais les bras, Lily
Tous ces cons qui lui ont fait du mal,
Un jour se mettront à genoux;
Je sais qu'elle pense à ça aussi

Guy-Jean devenu son mari, Lily
Maggio, le roi de la guitare, « magie »,
L'a dû faire craquer plus d'une femme,
Mais la seule qui compte dans sa vie
C'est toujours sa jeune femme, Lily

Qu'elle chante sur scène ou bien au « Front », Lily
L'a su garder son cœur d'enfant aussi,
Les enfants le lui rendent bien;
Ils n'ont d'yeux que pour « leur » Lily.
C'est aussi sa victoire, Lily.

Remonter

Accueil | Plan du Site | Contact                            U.N.